CUTIS LAXA INTERNATIONALE

 

    Nous sommes au début d'une grande histoire..............................Tous ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

   

     Accueil    Informations légales    Sommaire   C'est quoi ?   Dans le Monde   La Recherche   Professionnels de Santé   L'Association    Assemblées Générales  

Lettres d'information   Objectifs    Projets   Adhérer   Histoires   Lois et Droits Sociaux   Associations et Liens  

Agenda    Parrainages    Revue de Presse    Photos   

Précédente      English            Deutsch           Español      Suivante

 

Professionnels de santé

Si vous désirez savoir si dans votre pays, dans votre région, dans votre ville, il y aurait un médecin qui connaisse la Cutis Laxa, allez consulter la liste de médecins à qui nous envoyons régulièrement nos informations, soit qu’ils suivent les malades que nous connaissons, soit  qu’ils s’intéressent plus particulièrement à cette maladie rare.  Cette liste n’est pas exhaustive, elle n’est pas non plus une « publicité » pour ces médecins. Elle se veut simplement informative.

Si vous souhaitez connaître l’état d’avancement des projets de recherche menés actuellement en Europe et aux Etats-Unis, visitez notre page Recherche

 

Les informations contenues dans cette page sont issues de l’article de Tina Mollis ,MD, PhD, paru sur le site www.emedicine.com/derm/topic93.htm. La traduction, faite par Marie-Claude Boiteux, Présidente de Cutis Laxa Internationale, a été validée par Mr Philippe Chaumet-Riffaud, Directeur Scientifique à l’AFM-Généthon.

 

PHYSIOPATHOLOGIE

La Cutis Laxa (CL) est caractérisée par des modifications dégénératives des fibres élastiques, ayant pour résultats une peau relâchée, pendante. La peau est tombante, «trop grande », étirable, avec un faible retour élastique.

Dans la plupart des cas de CL les modifications biochimiques et moléculaires ne sont pas claires. Cependant, l’histopathologie de la peau de plusieurs patients montre des altérations de la quantité ou de la morphologie de l’élastine avec fragmentation ou perte des fibres élastiques. De plus, chez certains patients atteints de la CL, il y a évidence de liaisons croisées anormales de l’élastine.

Des études récentes ont montré que plusieurs facteurs tels que la déficience en cuivre, en lysyl oxidase, en élastases et en inhibiteurs de l’élastase contribuaient à une dégradation anormale de l’élastine. La lysyl oxidase, enzyme dépendant du cuivre, est importante dans la synthèse et les liens croisés de l’élastine et du collagène. Un taux faible de cuivre sérique entraînerait une diminution de la synthèse de l’élastine. Cependant, seuls quelques patients atteints de CL présentent des niveaux bas de cuivre sérique. Une mauvaise utilisation du cuivre peut aussi entraîner une diminution d’activité de l’alpha-1antitrypsine, inhibiteur de l’élastase, ayant pour résultat une destruction des fibres élastiques.

La mise en culture de fibroblastes de patients atteints de CL a montré une activité élastolytique accrue par rapport à une peau normale, et il a été suggéré que l’élastolyse résulte d’une activité accrue de l’élastase.

L es cellules inflammatoires ou leurs médiateurs pourraient causer des dégâts aux fibres élastiques. Les polynucléaires et les macrophages libèrent des élastases qui pourraient endommager puis phagocyter les fibres élastiques .

Une perte excessive d’élastine cutanée constatée chez un patient atteint de CL pourrait être la conséquence d’une faible activité en lysyl oxidase, associée à un taux élevé de cathepsin G, une protéase élastolytique.

Cependant, la grande diversité de morphologie des fibres élastiques issues de prélèvements cutanés de malades atteints de CL laisse à penser que les facteurs biochimiques de la maladie peuvent être hétérogènes. En fait, il est possible que la CL résulte de mutations qui affectent la synthèse, la stabilisation ou la dégradation des fibres élastiques.

 

EXAMEN CLINIQUE

. Peau

-         La peau est flottante, inélastique et pend en plis.

-         La peau flottante et pendante donne un aspect de vieillissement prématuré, de telle sorte que les patients apparaissent beaucoup plus vieux que leur âge réel.

-         La peau montre un faible retour élastique quand on l’étire.

-         La CL ne s’accompagne pas de fragilité de la peau, d’hématomes ni de difficultés de cicatrisation. 

-         Toutes les parties du corps peuvent être atteintes ; cependant, l’apparence flottante est plus importante autour des yeux, sur le visage, le cou, les épaules et les cuisses.

 

. Système Gastro-intestinal

-         Diverticules du colon et de l’intestin grêle.

-         Prolapsus rectal.

 

. Système Respiratoire

-         Bronchiectasie

-         Emphysème

-         Coeur pulmonaire

 

. Système Cardio-vasculaire

-         Cardiomégalie

-         Arrêt cardiaque secondaire à une insuffisance cardiaque

-         Souffles

-         Coeur pulmonaire

-         Anévrismes aortiques

 

  Squelette

-         Luxation de hanche

-         Ostéoporose

-         Autres anomalies osseuses : retard de croissance, fermeture tardive de la fontanelle, laxité ligamentaire

 

. Autres

-         Hernies ombilicales, inguinales et hiatales.

 

MUTATIONS CONNUES au 01/07/2017

CAUSES

La cause de la CL est inconnue et probablement variable. La plupart des hypothèses suggèrent des mécanismes possibles entraînant la diminution des fibres élastiques dans la CL. Les plus souvent rapportés dans la littérature sont les suivants :

       

-         Diminution de l’inhibiteur de l’élastase dans le sérum

-         Faible activité en lysyl oxidase

-         Augmentation de l’activité de  l’élastase

-         Elastolyse postinflammatoire

-         Mécanisme auto-immune

-         Diminution de l’expression du gène de l’élastine.

 

Diagnostics différentiels

Acrodermatitis Chronica Atrophicans

Anetodermie

Atrophodermie de Pasini et Pierini

Lymphome Cutané à cellules T

Pseudoxanthome Elastique

 

Autres maladies à considérer

Syndrome de Costello

Syndrome d’Ehlers-Danlos

Peau relâchée granulomateuse ( Variante du lymphome cutané à cellules T)

Syndrome de Marfan

Elastolysis Mid-Dermique

 

EXAMENS DE LABORATOIRE

- Bien qu’on ne retrouve aucune anomalie spécifique de CL aux examens de routine, la numération sanguine peut révéler une anémie normochrome, normocytaire, les protéines totales  et la béta-2 microglobuline peuvent être élevées.

- En cas de suspicion de lymphome on peut faire une électrophorèse des protéines sériques et un dosage des immunoglobulines.

- L’immunofluorescence directe de IgG, IgA, IgM, C3, C1q et de la fibrine peut être effectuée lorsque l’on soupçonne un Lupus érythémateux.

- On peut doser le cuivre sérique, le zinc, la céruloplasmine, l’alpha-1antitrypsine, et les anticorps antinucléaires.

- Les taux d’élastine sérique et urinaire peuvent être élevés.

 

AUTRES EXAMENS

Biopsie de peau,  Echocardiogramme, Tests fonctionnels respiratoires, Biopsie de moelle .

 

HISTOLOGIE

On ne retrouve pas d’anomalies histologiques spécifiques après coloration à l’hématoxyline et l’éosine. Après coloration des fibres élastiques, on trouve dans toutes les formes de CL une diminution du nombre de fibres dans le derme, Les fibres restantes étant raccourcies, épaissies, granuleuses ou fragmentées. Dans les formes sévères, il ne reste parfois aucune fibre élastique, mais seulement un semis de particules poussiéreuses disséminées dans le derme. Dans les Cutis Laxa secondaires à une inflammation urticarienne ou vésiculeuse, l’infiltrat inflammatoire peut être constitué de cellules mononuclées(lymphocytes et histiocytes) ou mixte avec des polynucléaires neutrophiles. Quand il y a des vésicules, elles sont épidermiques superficielles avec des amas papillaires de polynucléaires neutrophiles et éosinophiles comme on en voit dans la dermatite herpétiforme.

Les organes internes atteints montrent des modifications granuleuses sur les fibres élastiques, similaires à celles de la peau. Des anomalies du Collagène ont également été décrites mais ne sont pas spécifiques ultra structurellement.

L’examen des fibres élastiques avec un microscope électronique révèle des modifications dégénératives variables d’un cas à l’autre. Néanmoins, la découverte la plus significative est la présence d’agrégats granuleux ou amorphes denses aux électrons répartis irrégulièrement à proximité des fibres élastiques.

 

 

 

 

 

haut de page

Pour toute question concernant ce site ou notre association, écrivez-nous à MCJLBoiteux@aol.com
Version 2.06 - Mise à jour : 01 Juillet 2017